Bare Bunny ♠ Femme à poils

16 years and one month ago

Bare Bunny ♠ Femme à poils

Article content

Article copy

Brigitte Bardot, friend of the critters in the widest understanding of the term just published a book she defines as a bomb, where, alongside her interest for Mamère's buns, the woman who built her fame and wealth generously exhibiting her own behind trashes without reserve the collapsing of the ethics and values of La France®.
2003 is not "69" and it looks like "coming and going between somebody else's loin" is not in Lady Brigitte's mood anymore.

Another "use but don't abuse" case, I guess.

Brigitte also misses the good old times, when "hens pecked freely and cows had a first name and answered the calls".

Let's dismiss this bucolic thrust to remind Brigitte "Marie-Antoinette" Bardot that the Mamère Gang is concerned by the hens' freedom and the dialog with the cows, as well.
That is to say officially of course, since Mamère's interest for nature is in fact equivalent to the survival chances of a one-legged hedgehog crossing a three lane highway on the first morning of the Great Summer Migration.

Let's not forget indeed that Mamère and his gang are but one of the green components in the brown, green and red alliance for which affective relations with calves, cows and pigs comes way behind attempts to individual liberties, progress and prosperity of the nations perpetrated in the name of trees and small flowers (way less capable of disappointing the persistent Leftist than the ungrateful proletariat who has the cheek to take advantage of the benefits of capitalism and liberalism and turn into middle-class as soon as you stop watching them) in their priority list.

Finally, unless her book comes as a total surprise to that respect, Brigitte Bardot, judging by these interviews, fails to convince me that when it comes to Islamism, she holds the scope, strength and insight required to receive the title of the French Oriana Fallaci.

But of course, she can still pretend to the throne of former callipygian beauty queen turned into old zoolater groupie practicing amalgam for Le Pen's National Front.

Talking about which (the zoolatry National Front, not the shapely buttocks), BB crosses the line between tropezan folklore and sordid simplism when she declares her respect for:
" (...) those who fundamentally believe in an ideology, whatever it is. Arlette Laguiller is respectable; her speech is sincere, just as Le Pen is (...) "
That's precisely what we're reproaching them: to be liberticidal adders coiled up in the chest of our liberal democracies, patiently waiting for the opportunity to set up their totalitarian undertaking while pouring out their sinister propaganda without ever changing a single word.

We all remember Le Pen's eructations but it may be worthwhile to remind, even for the sake of comedy, this ungracious arietta of the archaic Arlette who, when pushed by a reporter - whose name I'm not remembering - who was pointing at the fact that her program for the French presidential elections in 2002 referred to a "dictatorship of the proletariat", confusedly answered that it would be indeed a "democratic dictatorship".

Stop laughing. That scored 5.72% at the first turn of the major French Republic ballot.
Anyway, these interviews of BB - and most probably her "Cry in the silence" have at least one value: they confirm that she still speaks in the name of the animals, with as little depth as ever before.

As for me, if I had to choose among those of our Brigitte that are renowned for the bareness of their charms, I'd take (so to speak) this one.

She, at least, never tried to make us believe that her oral performances - pretty remarkable after all - were suitable sociological scrutinies.

Sorry but I couldn't refrain from squeezing out that succulent final alliteration in "S". Sue (SUE!) me.

Article copy (alternate language

Version Française

Brigitte Bardot, l'amie des bêtes au sens le plus large du terme vient de publier un livre qu'elle qualifie de "bombe" où, conjointement à son intérêt pour les miches du merdeux Mamère, celle qui bâtit sa réputation et son opulence en exhibant généreusement les siennes propres, fustige sans retenue l'effondrement des valeurs et des traditions de La France®.
2003 n'est plus "69" et il semble qu'aller et venir entre les reins d'autrui n'ait plus l'heure de plaire à Dame Brigitte.

Je t'aime plus... moi non plus.

Brigitte regrette également l'époque où "les poules picoraient en liberté et les vaches avaient leurs prénoms et répondaient à l'appel".

Passons outre cette poussée bucolique pour faire remarquer à Brigitte "Marie-Antoinette" Bardot que La Bande à Mamère elle aussi, veut la liberté pour les poules et le dialogue avec les vaches.
Officiellement en tout cas, car en vérité l'intérêt de Mamère pour la nature est équivalent aux chances de survie d'un hérisson unijambiste sur une autoroute à trois voies au matin de la Grande Migration Aoûtienne.

N'oublions pas que Mamère et sa bande ne sont que l'une des composantes du vert de cette l'alliance brune, verte et rouge pour qui les relations affectives avec veaux, vaches et cochons sont loin derrière les atteintes aux libertés individuelles, au progrès et à la prospérité des nations, commises au nom des arbres et des petites fleurs (bien moins susceptibles de décevoir le persistant gauchiste que cet ingrat prolétariat qui a le front de profiter incontinent des bienfaits du capitalisme et du libéralisme pour se muer en classe moyenne dès qu'on cesse de le surveiller) dans la liste de leurs priorités.

Enfin et à moins que son livre ne soit une totale surprise de ce point de vue, Brigitte Bardot, à en juger par ces interviews, n'arrive pas à me convaincre qu'en ce qui concerne l'Islamisme elle dispose de l'envergure, la force et la finesse d'analyse nécessaire pour prétendre au titre d'Oriana Fallaci française.

Celui d'ex-reine de beauté callipyge devenue vieille groupie zoolâtre pratiquant l'amalgame pour le Front National est disponible, par contre.

A ce propos (la zoolâtrie le F.N., pas les belles fesses), BB franchi les limites du folklore tropézien pour passer dans le simplisme sordide lorsqu'elle déclare respecter:
(...) ceux qui croient fondamentalement à une idéologie, quelle qu'elle soit. Arlette Laguiller est respectable, sincère dans ses propos au même titre que Le Pen (...)
C'est précisément ce qu'on leur reproche : n'être rien d'autre que des vipères liberticides lovées dans le sein de nos démocraties libérales et attendant patiemment la moindre opportunité pour mettre en oeuvre leur entreprise totalitaire en déversant leur sinistre propagande sans jamais dévier d'un iota.

Nous avons tous en mémoire les éructations de Le Pen mais je pense qu'il n'est pas inutile de rappeler, ne serait-ce qu'au titre de la farce, cette disgracieuse ariette de l'archaïque Arlette qui, poussée par un reporter dont le nom m'échappe et qui lui faisait remarquer la mention dans son programme aux élections présidentielles de 2002 d'une "dictature du prolétariat", cru bon de préciser dans la confusion qui s'ensuivit qu'il s'agirait là d'une "dictature démocratique".

Cessez de rire. Ca a fait 5,72% au premier tour du scrutin majeur de la République Française.
Ces interviews de BB - et probablement son "Cri dans le silence" - ont au moins un mérite: celui de confirmer qu'elle parle toujours au nom des animaux et avec toujours aussi peu de profondeur.

En ce qui me concerne, quitte à choisir entre celles de nos Brigitte(s) renommées pour la nudité de leurs charmes, je prend (façon de parler) celle-là.

Elle au moins, n'a jamais tenté de nous faire prendre ses performances orales - fort remarquable au demeurant - pour de sensées observations sociologiques.

Désolé mais je n'ai pas pu me retenir d'exprimer cette succulente finale allitération en "S".

Other

Hey, where's all the stuff?

I am rebuilding the site from the ground up.

As of June 19, 2019, only basic blogging is implemented.

Features that were previously available—and a bunch of new ones—are still under (re)construction, and will be deployed gradually as soon as they are ready. That includes the site-wide search engine, the blogroll, membership registration and, well, more...

So all the stuff is coming back?

Yes, thank you for your patience.

Note that some of the legacy content (anything I published before the current redesign) may not display as expected—this will be addressed in the future.

Questions?

Reach out

Registration is temporarily disabled, but if you already have an account, you may login:

Please enter a valid username or email

Please enter a valid password

Please enter a city

Comments

Commenting as

  • Comment author avatar
  • Unchristened The Void

You are not logged-in: your comment will be held for review before publication.

Comments policy

Commenting here is a privilege, not a right. You are responsible for what you write.

Comments thread (4)

  • Comment author avatar
  • Caton

Mamère &o ne sont que des pastèques. Verts à l’extérieur, ...

  • Comment author avatar
  • Chained_Duck

Ressemble fort à un article du Canard Enchaîné du 14/05
Reste à savoir qui copie qui.
Ou alors s’agit-il du même auteur ?

  • Comment author avatar
  • the dissident frogman France

#2 (Chained_Duck) : J’aimerai beaucoup me faire une idée sur la question. Le Canard Enchaîné n’a pas de site (en tous cas, aucun contenu dessus) et je ne dilapide pas ce que me laisse l’État français dans les Maisons de la Presse en Papier du Peuple.

Question de principe.

Si vous (ou quelqu’un d’autre dans le coin) aviez le moyen de me faire parvenir l’article en question, je suis très intéressé.

Je suis sûr de mon coup. J’ai posté le 13.
Je sais que, contrairement au journaleux français moyen, je n’ai pas besoin de copier sur l’épaule des copains.
Je sais aussi que je ne suis pas payé par le CE.

D’ailleurs en y repensant, je ne suis pas payé du tout (malgré ce que certains esprits chagrins s’imaginent concernant la CIA et le Mossad)

Si, comme vous l’affirmez, nous nous trouvons devant un cas de plagiat, cela me permettrait de mettre en parallèle les différences d’attitude et de déontologie entre, par exemple, le Weekly Standard et, dans le cas où vos allégations se vérifieraient, le Canard.
(http://www.thedissidentfrogman.com/dacha/000092.html)

Voilà qui serait (presque) trop beau, surtout après avoir écrit sur la bassesse de Radio-France.

Wha ha ha.

Time to take sides

  • Comment author avatar
  • minon

BB a en effet la mémoire courte ( 69, etc…) en écrivant sa merdasse de livre. De plus, ses liens avec l’extrême droite ne m’étonnent pas.En toute défenseuse farouche des petites bêtes qu’elle est, elle n’aurait pas manqué de lire ( ça doit aussi lui arriver) que c’est Adolf Hitler qui fit voter la première loi sur la protection des animaux. Et tant qu’à faire, on pourrait lui conseiller ” Le nouvel ordre écologique” de Luc Ferry. Cela lui musclerait les cellules grises et la ferait réfléchir avant de parler.