Ancient Enemy ♠ L'Ennemi Ancien

15 years and 11 months ago

Ancient Enemy ♠ L'Ennemi Ancien

Article content

Article copy

They loathe Liberalism and Capitalism, globalization and free trade with an irrational dogmatic ardor on the verge of monoideism even though they could barely defines them precisely but through caricature, platitude, approximation and falsehood forged by their own propaganda.

They unite naturally around the designation of a common target, personifying these concepts -- otherwise very abstract for them. They choose a foe thus cement their unity.

They can be found on the Left and on the Right. In France, nowadays, they are effectively on both sides, as far as one can talk about "sides" when observing such unanimity and converging outlook.

They designated their foe.

It's America, object of their catharsis, source and solution of all their problems, receptacle of all their fantasizing, reflecting a necessarily distorted image which they turn into the exhaustive matrix of their ideology and the absolving excuse of their own intellectual duplicity.

On this newborn XXIst century, they're converging anew and, even though they still consider each others fiercely opposed, they're capable of dramatically stupendous spontaneous unions, bringing together a crushing majority of the French people, as we just saw all along the Iraqi crisis.

In 1944, Friedrich A. Hayek, observing the advent of the lugubrious doctrine emerging in Germany between the two world wars, wrote¹:
This evolution of Germany's thought was perfectly retraced recently by Mr. R. D. Butter in his study on the "Roots of National Socialism". A rather anguishing feeling emanates from this work: one can see that National Socialist ideas, hardly concealed, kept reappearing periodically over the last 150 years. Nonetheless, their importance shouldn't be overestimated in Germany before 1914. They represented nothing but a trend among others in the public opinion of a country where the most diverse tendencies abounded, more than anywhere else. Only a small minority represented the pre-Nazi trend, and were the object of general contempt from the great majority, as it was the case in other countries.
How could this reactionary minority's conception obtain the endorsement of the great majority of the Germans and most of all, the entire youth? Defeat, war and post-war sufferings, and the nationalist wave aren't sufficient to explain. Capitalist reaction against Socialist advance, as suggested by so many people, wasn't the cause either. On the contrary, those ideas were above all supported by Socialists. It's not the middle class that contributed to their attainment, but the lack of a strong one.
The doctrines that guided the last generation's ruling class in Germany weren't opposed to the Socialist elements of Marxism but to its liberal elements, internationalism and democracy. And as it became clearer that these elements opposed the accomplishing of Socialism, Socialists on the Left approached more and more those of the Right. It's the union of anti-Capitalist forces on the Left and on the Right, the merger of socialisms, radical and conservative, that put an end to Liberalism in Germany.
(...) Starting in 1914, masters loomed up from within the ranks of Marxist Socialism and led not the conservative and reactionaries anymore, but the manual workers and the idealist youth to National-Socialism. It's only at that point that the National-Socialist tide swelled up to climax and became Hitlerian doctrine. The 1914 warlike hysteria that, precisely because of the German defeat, never healed completely, is the origin of the modern evolution that produced National-Socialism, broadly sustained during this period of time, by former Socialists.
The great antagonist, for the German Socialists of this era, was England and her:
(...) English individualism, according to which a State endowed with a weak government would be a liberal State and that regards any restriction of individual liberty as an effect of autocracy and militarism. »
Paul Lentsch, Three years of world revolution¹
And when the junction happen, in a dramatically stupendous spontaneous union, with the Prussian ideal - they would nevertheless consider themselves fiercely opposed with - Hayek observes that Moeller van den Bruck reach the last step towards National-Socialism by proclaiming war between Liberalism and Socialism, rejoicing over the fact that:
(...) there are no liberals in Germany today; there are young revolutionaries, there are young conservatives. But who would want to be a liberal? (...) Liberalism represents a philosophy from which the German youth turns away now, with nausea, with anger, with disdain because nothing is more distant from her own philosophy, nothing repulse her more than this conception of life. The German youth recognizes the liberal as her archetypal enemy.
Making their archetypal enemy out of the archetypal humanist philosophy, the German Socialism and the German youth then had no rest until they gave a new concrete echo to the abomination of the crime against humanity concept.

Now keep Capitalism, Liberalism, Socialism and Nationalism as is, replace England with America, Marxist internationalism with globalization of free trade (daring, I know), observe the spontaneity with which falsely opposed factions suddenly unite and take communion in the same hatred for individual liberties and Capitalism, add the serious economic crisis France is heading too at forced march, almost voluntarily and you will end up, sixty years later, with the secular recipe of a new genocide and the return of an ancient enemy.

We have seen the signs on the wall and it seems that we are ignoring them once again.

They have no memory, for their thought rest on permanent mendacity. Ours is too short sometimes.

Shame on us.


¹Translated from Hayek's Road to Serfdom (French edition) by the dissident frogman. Actual text may differ in the style but hopefully not in the sense.

Do yourself a favor: read this book.
Sadly enough, sixty years later it's still terribly relevant. Read it, understand what can lead our societies to this accursed road and how we can avoid it.

A precision: the term "Liberalism" in this post is used in its European meaning (Classical Liberalism).

Article copy (alternate language

Version Française

Ils haissent le libéralisme et le capitalisme, la mondialisation et le libre échange en d'irrationnels élans de dogmatisme qui confinent au monoïdéisme, alors même qu'ils seraient bien en peine de les définir précisément, autrement que par caricatures, lieux communs, approximations et fausse vérités forgées par leur propre propagande.

Ils s'unissent naturellement autour de la désignation d'une cible commune, personnifiant ainsi ces concepts pour eux finalement très abstraits. Ils choisissent un ennemi et cimentent ainsi leur unité.

Ils peuvent être de gauche comme de droite. En France, aujourd'hui, ils se trouvent effectivement des deux côtés, si tant est qu'on puisse encore parler de "côtés" devant une telle unanimité et une telle convergence de vues.

Ils ont désigné leur ennemi.

C'est l'Amérique, objet de leur catharsis, source et solution de tous leurs problèmes, réceptacle de toutes leurs fabulations leur envoyant en retour une image forcément faussée dont ils font la matrice exhaustive de leurs idéologies et l'excuse absolutoire de leur propre duplicité intellectuelle.

En ce XXIe siècle naissant, ils convergent à nouveau et, bien que se considérant toujours farouchement opposés, sont capables d'union spontanées dramatiquement stupéfiantes, entraînant avec eux une écrasante majorité de français, tel que nous l'avons pu voir tout au long de la crise irakienne.

En 1944, Friedrich A. Hayek analysant l'avènement de la funeste doctrine émergeant en Allemagne entre les deux guerres mondiales, écrivait :
Cette évolution de la pensée de l'Allemagne a été parfaitement retracée récemment par M R. D. Butter dans son étude sur les "Racines du National-Socialisme". Il se dégage de cet ouvrage une impression assez angoissante : on y voit que les idées nationales-socialistes, sous une forme à peine larvée, ne cessent de réapparaître périodiquement depuis les derniers cent cinquante ans. Néanmoins, il ne faudrait pas exagérer leur importance en Allemagne avant 1914. Elles ne représentaient qu'un courant d'opinions parmi d'autres dans un pays où les tendances les plus diverses foisonnaient plus que partout ailleurs. seule une petite minorité représentait la tendance pré-naziste, vouée au mépris général de la part de la grande majorité, comme c'était le cas dans d'autres pays.
Comment cette conception de la minorité réactionnaire a-t-elle donc pu obtenir l'appui de la grande majorité des Allemands et surtout de toute la jeunesse? La défaite, les souffrances de la guerre et de l'après-guerre, et la vague de nationalisme n'en donnent pas une explication suffisante. La réaction capitaliste contre l'avance du socialisme, explication proposée par tant de gens, n'en fut pas la cause non plus. Au contraire ces idées furent surtout appuyées par des socialistes. Ce n'est pas la bourgeoisie qui contribua à leur réalisation, mais l'absence d'une bourgeoisie forte.
Les doctrines qui ont guidé les classes dirigeantes de la dernière génération en Allemagne ne s'opposaient pas aux éléments socialistes du marxisme, mais à ses éléments libéraux, à l'internationalisme et à la démocratie. Et comme il devint de plus en plus clair que ces éléments s'opposaient à la réalisation du socialisme, les socialistes de gauche se rapprochèrent de plus en plus de ceux de droite. C'est l'union des forces anticapitalistes de gauche et de droite, la fusion des socialismes, radical et conservateur qui mit fin au libéralisme en Allemagne.
(...) A partir de 1914 surgirent des rangs du socialisme marxiste des maîtres qui menèrent non plus les conservateurs et les réactionnaires, mais des ouvriers manuels et la jeunesse idéaliste au national-socialisme. C'est seulement par la suite que la marée nationale-socialiste s'enfla au point de devenir la doctrine hitlérienne. L'hystérie guerrière de 1914, qui justement en raison de la défaite allemande n'a jamais été complètement guérie, est à l'origine de l'évolution moderne qui a produit le national-socialisme, largement soutenu, pendant cette période, par d'anciens socialistes.
Le grand antagoniste, pour les socialistes allemands de l'époque, est l'Angleterre et son :
(...) individualisme anglais, selon lequel un Etat pourvu d'un gouvernement faible serait un Etat libéral, et qui considère toute restriction de la liberté individuelle comme un effet de l'autocratie et du militarisme. »
Paul Lentsch, Trois ans de révolution mondiale¹
Et lorsque la jonction s'opère, en une union spontanée dramatiquement stupéfiante, avec l'idée prussienne à laquelle ils se croyaient pourtant farouchement opposés, Hayek note que Moeller van den Bruck franchi le dernier pas vers le national-socialisme en proclamant la guerre entre libéralisme et socialisme, se réjouissant :
(...) qu'il n'y a pas de libéraux dans l'Allemagne d'aujourd'hui; il y a de jeunes révolutionnaires, il y a de jeunes conservateurs. Mais qui veut être libéral? (...) Le libéralisme représente une philosophie dont la jeunesse allemande se détourne maintenant avec nausée, avec colère, avec mépris, parce que rien n'est plus éloigné de sa philosophie à elle, rien ne lui répugne davantage que cette conception de la vie. La jeunesse allemande d'aujourd'hui reconnaît dans le libéral son ennemi par excellence.
Ayant ainsi reconnu en la philosophie humaniste par excellence son ennemi par excellence, le socialisme allemand et la jeunesse allemande n'eurent ensuite de cesse de donner une nouvelle résonance concrète à l'horreur du concept de "crime contre l'humanité".

Conservez maintenant tels quels capitalisme, libéralisme, socialisme et nationalisme, remplacez l'Angleterre par l'Amérique, l'internationalisme marxiste par la mondialisation des échanges (c'est osé, je sais), observez avec quelle spontanéité des factions faussement opposées s'unissent soudainement et communient dans une même haine des libertés individuelles et du capitalisme, ajoutez-y la crise économique sévère vers laquelle la France s'achemine à marche forcée et presque volontaire et vous obtiendrez, soixante ans après, la séculaire recette d'un nouveau génocide et le retour d'un ennemi ancien.

Nous avons vu les signes sur le mur mais il semble que nous les ignorions une fois de plus.

Eux n'ont pas de mémoire car leur pensée repose sur le mensonge permanent. la nôtre est parfois bien courte.

Honte à nous.

Other

Hey, where's all the stuff?

I am rebuilding the site from the ground up.

As of May 24, 2019, only basic blogging is implemented.

Features that were previously available—and a bunch of new ones—are still under (re)construction, and will be deployed gradually as soon as they are ready. That includes the site-wide search engine, the blogroll, membership registration and, well, more...

So all the stuff is coming back?

Yes, thank you for your patience.

Note that some of the legacy content (anything I published before the current redesign) may not display as expected—this will be addressed in the future.

Questions?

Reach out

Registration is temporarily disabled, but if you already have an account, you may login:

Please enter a valid username or email

Please enter a valid password

Please enter a city

Comments

Commenting as

  • Comment author avatar
  • Unchristened The Void

You are not logged-in: your comment will be held for review before publication.

Comments policy

Commenting here is a privilege, not a right. You are responsible for what you write.

Comments thread (13)

  • Comment author avatar
  • Haine contre Haine

Les racines du mal seraient plutôt à chercher dans une haine qui a poussé par ce que personne n’a voulu comprendre personne et qui s’est propagée car aucun n’a remis en cause son opinion et chercher à analyser pargmatiquement les avis de l’autre.
Je lis dans ta prose la peur et la haine, vieilles émotions toujours présentes. Mi Libéral, mi gaucho, j’essaie de comprendre le monde dans lequel je vis, mais je n’ai pas peur. Je sais que tout le monde peut saisir sa chance, s’il ne s’enferme pas son environnement dans une grille idéologique pré-établie.

  • Comment author avatar
  • LaFéeC

Bravo Dissident..
Je ne sais plus qui faisait déjà à l’époque le rapprochement entre les société socialistes et le nationalisme..

Plus la France grossit l’Etat Providence, et + il y a des pb..

En attendant, nombreux sont ceux qui fuieront, et on ne saura qu’ils avaient raison que bien + tard.

  • Comment author avatar
  • the dissident frogman France

#1 :

“Les racines du mal seraient plutôt à chercher dans une haine qui a poussé par ce que personne n’a voulu comprendre personne et qui s’est propagée car aucun n’a remis en cause son opinion et chercher à analyser pargmatiquement les avis de l’autre.”

Ouais hein ? Faut-il vraiment qu’il y ait quelque chose de pourri au royaume de l’Ile aux Enfants, s’pas ?

Sérieusement, mis à part les lieux communs et approximations que je mentionne au tout début du post, disposez-vous de quelque argument un peu plus élaboré ?

Entendez vous par là qu’il eut fallu que les libéraux allemands tentent de “comprendre» les ambitions coercitives des nationalistes et socialistes de leur pays, ligués contre les libertés les plus fondamentales (y compris d’ailleurs, celle d’expression) et voués à leurs destructions ? Qu’il leur eut fallu “remettre en cause» leur attachement à ces valeurs essentielles que sont la liberté et la propriété privée, qui commence, notez bien, avec celle de notre propre corps et de notre propre force de travail, négation de fait de l’esclavage et, pas si accessoirement que cela, de la planification socialiste de l’activité économique ““ c’est-à-dire de la place arbitraire qu’un bureaucrate vous attribuera dans la société, au nom d’un quelconque “intérêt général» ? Entendez vous d’ailleurs qu’ils ont seulement eut le choix de le faire, face à la monté en puissance des chemises brunes et leur manière particulière d’envisager les vertus du débat ?

Comment d’ailleurs “analyser pragmatiquement» selon vous, les avis des socialistes allemands tels que Johann Plenge peu avant la fin de la première guerre mondiale :
Il est grand temps de reconnaître que le socialisme doit être une politique de force, puisqu’il doit être : organisation. Le socialisme doit prendre le pouvoir; il ne doit jamais s’employer à l’anéantir aveuglément. La question cruciale pour le socialisme en temps de guerre internationale est nécessairement la suivante : quel est le peuple qui doit accéder au pouvoir, pour devenir le chef exemplaire de l’organisation internationale ?

Ou même Oswald Spengler en 1920 dans sa brochure Prussianisme et Socialisme :
Les trois nations de l’Occident ont tendu vers trois formes d’existence, exprimées par la célèbre devise : Liberté, Égalité, Fraternité, qui se traduit en politique par Parlementarisme, Social-démocratie et Socialisme autoritaire. L’instinct allemand ou plus exactement prussien exige que le pouvoir appartienne à l’ensemble du peuple… On assigne à chacun sa place. L’un commande, l’autre obéit. C’est le socialisme autoritaire, en vigueur depuis le XVIIIe siècle, essentiellement antilibéral et antidémocratique, dans le sens où le libéralisme anglais et la démocratie française l’entendent… On rencontre en Allemagne beaucoup de contrastes détestables, mais c’est seulement sur le sol allemand qu’on peut mépriser le libéralisme.

Notez à quel point, déjà à l’époque, le socialisme est vite confronté à ses contradictions internes :
L’instinct allemand (…) exige que le pouvoir appartienne à l’ensemble du peuple
puis :
On assigne à chacun sa place. L’un commande, l’autre obéit.

Mais si le pouvoir appartient à l’ensemble du peuple, qui assigne la place de chacun ? Qui décide de qui commande et de qui obéit ? Le peuple me direz-vous ?

Dans ce cas, celui qui commande détient bien le pouvoir et se trouve donc en accord avec cette conception socialiste de la société.

Mais qu’en est-il de celui qui se voit assigner la place de “celui qui obéit» ?
S’il doit obéir, il ne détient plus le pouvoir, pas même sur ses propres actes (Et à propos, est ce de lui-même qu’il s’attribue cette place ? Volontairement ?).

Dois-je donc en déduire qu’il se trouve de facto exclut du pouvoir et en conséquence du peuple ?

Ne vous fatiguez pas, de la Révolution Française à Cuba, l’Histoire m’a donné la réponse à ce structurel paradoxe socialiste à de multiples reprises, au prix de millions de morts.

Votre admirable attachement à la compréhension et à la recherche du consensus avec des totalitaires déclarés dépasse mon entendement mais cela dit, j’attends impatiemment de voir quel type “d’opinion» cette “analyse pragmatique» va vous pousser à “remettre en cause» pour “comprendre» quiconque, ainsi que vos chances de succès pour circonscrire la propagation de la “haine».

Et surtout, le prix que vous allez payer pour cela.

En tout état de cause, merci de nous informer sur la location exacte des racines du mal et ce, en moins de deux lignes.
Pour le reste, vous ne me semblez malheureusement pas franchement convaincant.

“Je lis dans ta (…)”

Nous connaissons nous ? Intimement ?
Apprenez “cybernoïde» (puisque sans nom ou pseudonyme sexué, sans adresse email ni site web) que le dissident frogman, lui, connaît la différence subtile entre “traiter en familier» et “être familier» et vous conseille de vous en imprégner également.

“Je lis dans ta prose la peur et la haine, vieilles émotions toujours présentes.”

Et cela m’en dit, effectivement, bien plus sur votre compte que vous ne pensez être renseigné sur le mien. Merci.

“Mi Libéral, mi gaucho,”

C’est une contradiction dans les termes, pas un aveu de tolérance ni une marque d’impartialité dans votre jugement. Désolé.
Cela étant je reconnais sans réserve votre droit à fonder votre réflexion et votre quête des racines du mal sur l’incohérent et le superficiel.

Tant que vous n’érigez pas les préceptes qui en découlent en modèle concret de société, par coercition, bien entendu.

“j’essaie de comprendre le monde dans lequel je vis,”

Heh. On en est tous là.
Certains comprennent plus vite que d’autres, notez bien.

“mais je n’ai pas peur. Je sais que tout le monde peut saisir sa chance, s’il ne s’enferme pas son environnement dans une grille idéologique pré-établie.”

Nonobstant la syntaxe ‘inhabituelle’ et le recours superfétatoire à des lieux communs de qualité non moins égale à ceux que vous utilisiez en introduction, je trouve cette remarque finale singulièrement instructive quand à la légèreté de vos connaissances sur le sujet.
Il n’est malheureusement pas dans mes attributions, ni dans mes intentions d’ailleurs, de vous éclairer plus avant sur ces points fondamentaux.
Puis-je donc vous suggérer, avant de venir tutoyer le dissident frogman en sa demeure, de vous documenter quelque peu en la matière ?

Et puis allez, que diable, je vous mets le pied à l’étrier :

Contrairement au socialisme, le libéralisme n’est pas une idéologie.

Ca fait un choc, je sais. Respirez profondément et par la bouche.
Ne lâchez pas les rênes cependant. Si vous arrivez à mener la bête sans chuter, vous vous trouvez au commencement d’un merveilleux voyage.

Sur le premier poteau indicateur, il est écrit “Friedrich A. Hayek. La route de la servitude» (Quadrige/PUF)

Curieusement, malgré l’intitulé, c’est la bonne voie.

Time to take sides

  • Comment author avatar
  • Hervé

Bravo Dissident…

en France il y a encore 15 libéraux environ, à comparer à l’Allemagne de 1930 qui n’en comptait plus un seul.
Mais je crois que nous formons un dernier carré.
Alors, après nous le déluge ? Hélas, je crois que ce sera plutôt l’Apocalypse.

  • Comment author avatar
  • LeP

En fait, il y a 15 libéraux à Paris précisément. Les provinciaux n’ont pas tous pu se déplacer pour la marche pour le capitalisme (ce post est en quelque sorte mon mot d’excuse). On doit donc atteindre la trentaine de survivants en France. C’est pas énorme, mais je pense que ça a tendance à augmenter, grâce à Internet.

  • Comment author avatar
  • the dissident frogman France

Hervé :
le dernier carré certainement, même si mon optimisme névrotique me pousse à croire que nous sommes plus nombreux à partager certaines valeurs fondamentales, malgré la constante propagande, dès l’école, des amers et vindicatifs apôtres des lendemains qui n’ont jamais chanté leur triste chansonnette.
l’Apocalypse... Mon pessimisme névrotique me pousse à croire que le jour du Jugement ne viendra probablement jamais pour les criminels collectivistes.
Mais peut être pouvons nous malgré tout espérer la fin d’un monde, le leur, celui qui à commencé à sérieusement chanceler à Berlin il y a 14 ans.

LeP :
ce qui vous faites si pertinemment dans votre coin (sacré dissident frogman, impayable hein ?) vaut bien plus que tous les mots d’excuses.
Je réitère, de plus, les conclusions auxquelles m’amène mon optimisme névrotique, en relation avec votre remarque sur l’Expansionnisme Impérialiste Internetiste Liberaliste.

Time to take sides

  • Comment author avatar
  • Caton

Histoire de confirmer le post initial…

Plan d’action du G8 contre le terrorisme

La communauté internationale est unie dans la lutte contre le terrorisme international depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Cependant, le terrorisme constitue toujours une grave menace, comme en témoigne la série d’attentats qui ont été commis notamment au cours de l’année écoulée en Arabie saoudite, en Indonésie, au Kenya, au Maroc, au Pakistan, aux Philippines, en Russie, en Tunisie et au Yémen.

Il ne manquerait pas un pays, là? Genre celui où il y a eu le plus de morts et le plus d’attentats cette année? Israel, peut-être?

Ah, non, au temps pour moi—quand des Juifs sont tués, ce n’est pas grave. C’est normal.

  • Comment author avatar
  • Mark

Great post, Frogman.  Enjoyed it very much.

  • Comment author avatar
  • phu_bar

An excellent insight.  The parallels are striking, indeed.  However, I do not fear what will grow from this.  Instead, I wait with a perverse anticipation to see the depths of idiotic stupidity this will lead to.

I feel the future for ‘Frawnce’ will be more sadly ammusing than dangerous.

ps: Hayek was right.

  • Comment author avatar
  • Alex Bensky

Chilling and, unfortunately, quite a reasonable take. There is another similarity, of course, one that is so obvious that you didn’t need to mention it: the insidious force behind the Americans… Here’s a hint: it begins with a “J.”

  • Comment author avatar
  • the dissident frogman France

#11:
You’ve just made my point, although you probably didn’t notice.

Here’s a hint: in Nazi Germany too, the National-Socialists blamed on an international Jew conspiracy.

Just like you did. Interesting huh?

Time to take sides

  • Comment author avatar
  • Mitch

Thank you, DF.  I just had the unpleasant experience of arguing politics with a German socialist.  He had not even heard of Hayek.  The idea that the concentration of unchecked power in the hands of a government tends to result in mass graves seemed to be a foreign concept.
Have you applied to the US consulate for a visa yet?  You may want to do so while you still can…